Sistèmes

Toit vert

Qu'est-ce qu'un toit vert

Une toiture végétale ou un « toit vert » apporte beaucoup d'avantages au bâtiment : économie d'énergie grâce à une meilleure isolation, abaissement de la température ambiante avec réduction des effets des îlots de chaleur urbains, absorption de CO2 et de particules fines et amélioration de la qualité de l'air, traitement des eaux pluviales et environnement plus propre.

Une toiture végétale demande, de par sa conformation, un système imperméable spécifique et particulièrement fiable. POLYGLASS a développé deux principaux systèmes imperméables : à base de membranes préfabriquées bitume polymère distillé et de membranes synthétiques en FPO/TPO (polyoléfines flexibles).

Système toit vert avec Membranes Imperméables Bitume Polymère distillé et Membranes Synthétiques en FPO/TPO

Un toit vert est généralement une stratigraphie complexe, qui prévoit différentes couches ayant chacune une fonction spécifique. Les systèmes POLYGLASS sont complets, ils ont tous les éléments nécessaires, des primaires, aux barrières vapeur, aux membranes ou gaines imperméables résistantes aux racines, et même les couches de séparation et géocomposites de protection et drainage.

Les deux solutions (bitumineuse et synthétique) sont marquées CE et sont résistantes à la pénétration des racines (EN 13948). Elles offrent une résistance mécanique élevée, fondamentale surtout pendant les phases de la constitution du jardin.

Caractéristiques et avantages

Amélioration de l'isolation thermique aussi bien pendant l'hiver, que pendant l'été, entrainant une amélioration du confort des locaux et une économie considérable des consommations et des couts d'énergie pour leur climatisation.

Amélioration de l'isolation acoustique et réduction de la pollution sonore, grâce à la masse de la toiture et à la double action d'absorption et de réduction de la propagation des ondes sonores exercée par la végétation, car elle est composée de surfaces non plates et de matériaux différents avec un pouvoir insonorisant élevé.

Réduction des particules (dont PM10) et du smog, grâce à l'effet d'absorption et de fixation exercé par la végétation.

Réduction des émissions de CO2 réduction effet de serre) due à l'utilisation réduite d'installations de conditionnement l'été et de chauffage l'hiver. De plus, la végétation avec le processus de photosynthèse, transforme le CO2 absorbé pour rejeter de l'oxygène.

Absorption de grande partie des ondes électromagnétiques. Selon des recherches effectuées par l'université de Kassel (Allemagne), une toiture végétale avec 15 cm de substrat est en mesure d'absorber environ 94,4% des émissions dans le domaine de fréquence du réseau téléphonique mobile de 1,8 à 1,9 GHz. Dans le domaine des ondes électromagnétiques pour les fréquences UMTS comprises entre 1,92 et 2,17 GHz (portables récents) la réduction est encore plus grande. Dans le domaine des ondes des radioamateurs de 4GHz la réduction a atteint le pourcentage de 99,9999%.

Diminution de l'effet « ile de chaleur » (avec ile de chaleur on entend le phénomène d'augmentation de la température des zones urbaines, par rapport à la température enregistrée dans les zones rurales) car les toitures végétales absorbent et retiennent l'eau de pluie et d'irrigation, en la restituant dans l'environnement par évapotranspiration (effet conjoint de la transpiration des plantes et de l'évaporation directement au niveau du sol) en rafraichissant l'air environnant.

Ralentissement du ruissellement des eaux de pluie dans les canalisations d'écoulement et dans les égouts, grâce à l'action de contrôle hydrique effectué par le sol et la végétation, grâce à l'absorption et à la libération lente des eaux.

Augmentation ultérieure de l'espérance de vie des imperméabilisations, qui sont protégées des rayons UV, des intempéries, des dommages mécaniques et excursions thermiques. Sur une toiture végétale les températures maximales superficielles l'été sont autour de 25 °C, alors que sur une toiture non protégée les températures peuvent être bien supérieures, surtout si les toitures sont foncées.

Augmentation du rendement des panneaux photovoltaïques. Sur une toiture végétale, où les températures superficielles sont réduites, le rendement des panneaux photovoltaïques est proche du rendement maximal spécifique, donc de la production d'énergie maximale.

Selon la littérature de secteur, la température excellente est estimée à 25 °C pour que le panneau photovoltaïque soit dans les meilleures conditions pour produire de l'énergie. A ce propos un indicateur utile est le coefficient de température, qui indique quelle est la diminution du rendement des panneaux photovoltaïques lorsque la température ambiante extérieure augmente.

Création de nouveaux espaces verts vivables et accessibles, même dans des milieux urbains densément édifiés.

Création de nouveaux habitats pour la flore et la faune qui contribuent à la protection de la biodiversité.

Amélioration de l'esthétique, aussi bien urbaine, en contribuant à réhabilitation de zones dégradées, que du bâtiment même, qui voit sa valeur commerciale, augmentée, en augmentant de plus aussi le bien-être et la qualité de la vie de ses habitants.


Système toiture verte avec Membranes Synthétiques

1

Support

2

Promoteur d'adhérence

Idroprimer

3

Pare - vapeur

Polyvap

4

Isolation thermique


5

Membrane d'étaincheité synthétique

Mapeplan T B

6

Géocomposite de drainage et de protection

Polystuoia 20

7

Terrain de culture


Systéme toiture verte avec Membranes Bitumineuses

1

Support

2

Promoteur d'adhérence

Idroprimer

3

Pare - vapeur

Polyvap

4

Isolation thermique


5

Première couche de membrane bitumineuse

Polyflex EL C

6

Seconde couche de membrane bitumineuse

Antiradice EL C

7

Double couche de séparation

Mapeplan VB PE

8

Élément amortissant

9

Chape

10

Géocomposite de drainage et de protection

Polystuoia 20

11

Terrain de culture

Couches fonctionnelles essentielles d'une toiture végétale

La stratigraphie typique d'une toiture végétale imperméabilisée avec des membranes bitumineuses et synthétiques est relativement simple, les couches fonctionnelles essentielles sont décrites ci-dessous.

Structure portante de support
La structure portante de support devra être dimensionnée pour résister aux charges permanentes et aux surcharges temporaires dues au poids du jardin, de l'eau d'irrigation et des personnes et outils pour les opérations d'entretien nécessaires, si le toit est accessible. La structure portante de support peut être de différente typologie, comme par exemple une dalle en béton armé traditionnelle ou préfabriquée, une dalle en briques de ciment, une tôle ondulée avec coulée de béton, une dalle en bois. La structure portante, pourra avoir, selon la typologie de construction de la toiture végétale, des pentes plus ou moins accentuées ou pas du tout (dans ce dernier cas elle sera réalisée avec des chapes en béton ou une disposition appropriée de panneaux isolants).

Couche de compensation (système avec membranes synthétiques)
La couche compensation a pour fonction de niveler et compenser les aspérités et les irrégularités superficielles du plan de pose, afin d'éliminer les éventuels risques de perforation de la membrane d'étanchéité. Cette couche est en géotextiles au poids et aux caractéristiques appropriés.

Couche imperméable anti-racine
La couche imperméable a la fonction d'empêcher l'infiltration des eaux de pluie et d'irrigation, de plus elle protège la structure portante de support de la dégradation. Cette couche devra être résistante aussi à l'action des racines qui pourraient entrer en contact.

Couche de protection
La couche de protection a la fonction de protéger la couche imperméable d'actions mécaniques. Les risques d'endommagement mécanique du système imperméable sont possibles aussi bien en phase de construction du jardin que lors de l'exploitation. Il existe des systèmes de toiture végétale qui déjà par la nature de leurs matériaux et/ou systèmes rendent nécessaire la réalisation de cette couche ou l'intègrent déjà.

Couche de drainage ou de drainage/accumulation hydrique
Une couche de drainage a la fonction d'évacuer les eaux de pluie ou d'irrigation en excès, pour éviter la saturation du terrain cultivé qui pourrait compromettre le développement correct des racines de la végétation. De nombreux systèmes de toiture végétale prévoient l'intégration de la couche de drainage avec la couche d'accumulation hydrique de manière à avoir une réserve d'eau et d'irriguer la végétation « du bas ». L'accumulation hydrique permet de réduire la fréquence de l'irrigation en pluie et dans certains cas particuliers et favorables elle permet d'éviter complètement les opérations d'irrigation.

Couche filtrante
La couche filtrante a la fonction d'empêcher que le terrain cultivé puisse se désagréger et aller boucher et compromettre le fonctionnement de la couche de drainage ou de drainage/accumulation hydrique.

Substrat cultivé
C'est le terrain cultivé, ou plus exactement le substrat naturel composé de mélanges de terreaux, utile à la croissance et à la vie de la végétation sur la toiture.

Végétation
La végétation doit être convenablement choisie, en tenant compte des conditions environnementales et des différents facteurs qui peuvent influencer son développement et sa vie, comme par exemple les conditions climatiques locales, l'exposition, l'utilisation de la toiture, le soin dans l'entretien.

Couches fonctionnelles essentielles d'une toiture végétale

Les éléments complémentaires qui contribuent à la réalisation d'une toiture végétale plus complète et articulée sont décrits ci-dessous.

Couche de barrière à la vapeur
A prévoir lors de la constitution de toitures végétales avec isolation thermique. Cette couche a la fonction de régler le flux de vapeur qui passe au travers de la structure de l'intérieur vers l'extérieur du bâtiment, afin d'éviter des problèmes dus à la formation de condensation dans le kit de toiture. Il doit être appliqué sous la couche d'isolation thermique

Couche d'isolation thermique
A appliquer lors de la réalisation de toitures végétales, isolées thermiquement. Cette couche peut être réalisée avec des matériaux habituels et différents disponibles sur le marché. La condition fondamentale est qu'elle soit adéquatement résistante à la compression et qu'elle soit compatible avec le revêtement imperméable qui sera appliqué par dessus

Couche ou systèmes anti-érosion/anti-glissement
Les systèmes anti-érosion/anti-glissement sont employés dans la réalisation de toitures végétales pentues, ils ont la fonction d'empêcher le glissement et l'érosion du terrain cultivé pentu.

Système d'irrigation
Le système d'irrigation a la fonction d'intégrer l'apport d'eau pour une croissance et une vie correctes de la végétation sur la toiture ; il peut être de type en pluie ou par aspersion, avec des arroseurs statiques ou dynamiques, goutte à goutte, avec des canalisations auto-goutteurs ou des goutteurs intégrés ou bien du bas par sub-irrigation. S'il est intégré à une couche d'accumulation hydrique, son dimensionnement ou sa période de fonctionnement peut être considérablement réduite.

Réglementations

Chaque pays a des réglementations spécifiques sur les couvertures végétales, par exemple en Italie en 2007, après des années d'étude, la norme UNI 11235 a été introduite : Instructions pour la conception, l'exécution, le contrôle et l'entretien de toitures végétales, revue et actualisée en 2015. La norme définit les critères de conception, exécution, contrôle et entretien de toitures continues végétales, en fonction des situations particulières de contexte climatique, de construction et d'utilisation.

Pour plus d'informations sur les systémes toit vert:

Produits

Idroprimer

Polyvap Radonshield

Polyvap SA

Polyvap Fix
Polyvap Fix Al

Polyflex EL C
Polyflex EL C Granigliata

Antiradice EL C

Polystuoia 20

Polydren PP

Mapeplan T B

Mapeplan VB PE

Mapeplan PE
Micro-forato